Choisir mes priorités

Choisir mes priorités

Kilomètre zéro

Ce n’est pas toujours évident de déterminer les priorités dans nos vies, bien souvent surchargées… C’est un des thèmes abordés dans Kilomètre zéro, roman de développement personnel de Maud Ankaoua. Ce livre est une découverte inattendue au détour d’une promenade au salon du livre en mai 2018… que j’ai enfin pris le temps de lire (ou plutôt de dévorer) pendant les vacances !

J’ai tout de suite été embarquée dans le roman. Nous suivons Maëlle, working girl qui ne vit que par et pour son travail. Suite à des retrouvailles avec une de ses amies, elle se retrouve embarquée dans un voyage au Népal, qu’elle subit dans un premier temps. Ce sont les rencontres, le treck, les conditions de vie qui la révèle face à ses contrariétés, ses contradictions… à elle-même. Elle apprend grâce à son guide, à ouvrir ses horizons et à changer de lunettes sur ce qu’elle vit et à vivre dans l’instant présent.

Ça résonne beaucoup en moi, qui ait souvent tendance à m’en faire pour l’avenir, à aimer que les choses soient bien définies, bien claires pour être sereine… ce qui n’est plus le cas depuis plusieurs mois où familialement nous vivons un peu au jour le jour… avec des rêves pleins la tête mais sans trop de certitudes à long terme…

Plusieurs passages racontent des histoires que je connaissais déjà mais qui me font d’autant plus réfléchir et m’interroger sur mes priorités aujourd’hui ?

L’histoire des cailloux dans le bocal

« Shanti remplit le récipient de trois gros cailloux.

« Maëlle, le pot est-il plein ? » Je le regardais interrogative, ne comprenant pas bien le sens de sa question. Sans dire un mot, il sortit de sa besace une généreuse poignée de graviers qu’il plaça délicatement dans le verre. Il le secoua, les petites pierres se glissèrent dans les espaces. Il me demanda à nouveau si le pot était plein. Je me redressais sur ma chaise. Plus impliquée, j’hésitais avant de répondre par l’affirmative. Il attrapa le sac et versa le reste du contenu : du sable combla les trous, puis il réitéra sa question. Je souris, amusée. « Cette fois-ci, je pense qu’il l’est ! » Shanti nettoya la table d’un revers de main.

« Imagine que ce récipient soit ta vie. Et que les trois gros cailloux symbolisent les choses les plus importantes pour toi : ce dont tu ne pourrais te passer pour être heureuse. Considère les graviers comme les priorités secondaires, celles qui arrivent juste après l’indispensable. » Je le fixais sans comprendre ce qu’il essayait de me dire.

« Enfin imagine que le sable corresponde à tout le reste : les bonheurs futiles, ce qui te font du bien, mais qui ne sont qu’un complément de « l’essentiel » puis de « l’important ».

  • Bon où veux-tu en venir ?
  • Si j’avais rempli le pot de sable, il n’y aurait plus de place pour les graviers ou les cailloux. C’est pareil pour ta vie : si tu consacres ton temps ou ton énergie aux éléments secondaires, tu n’as plus d’espace pour l’essentiel et tu passes à côté de ton chemin. Tu cours après le superficiel en te demandant pourquoi tu n’es pas heureuse.

J’applaudis en souriant. Belle démonstration !

Quelles priorités pour aujourd’hui ?

« Maintenant à toi de définir tes priorités. A quoi correspondent les cailloux de ta vie, quelles sont pour toi les choses essentielles ? C’est-à-dire que tu ne sacrifieras pas. Ou ce que tu voudrais le plus au monde. »

Cette interrogation du guide du treck (et du guide dans le remue-ménage/méninge que l’héroïne vit) s’adresse aussi à nous !

Face au champ des possibles qui s’offre devant moi, qu’est ce que je veux mettre en premier ? Quels sont mes gros cailloux, ce qui me font vibrer ? Quelles sont les choses vraiment importantes pour moi, à quoi je veux dédier mon énergie et qui vont me faire du bien ?

Dans le contexte des articles autour de la déconnexion par rapport aux écrans et aux réseaux sociaux… Est ce que ce temps que j’y consacre (parfois sans m’en rendre compte) n’est pas du sable ? Est ce que ce n’est pas mettre en priorité (encore une fois sans en avoir trop conscience) des choses qui ne sont pas essentielles à mon bonheur ? 

Et bien, maintenant que j’ai pris conscience de la somme de toutes ces minutes sur mon téléphone, je peux décider de remettre les bons cailloux à leur place.

Convergence

Ce qui est génial dans les lectures, c’est qu’on a l’impression parfois de lire des choses très différentes et de s’éparpiller… et à d’autres moments, tout converge et fait sens ! C’est ce qui m’arrive en ce moment et c’est exaltant !

Christine Lewicki, l’auteur de J’arrête de râler, lors d’une conférence écoutée il y a quelques jours insistait sur ces phrases décisives dans sa vie :

« Râler ne fait pas partie de mes options » 

Cela ouvre un magnifique champ de créativité pour vivre l’instant autrement et entrer en relation avec les autres différemment !

« Prendre soin de ma source » 

c’est-à-dire, prendre soin de ce qui me fait du bien, me donne de l’énergie.

Alors pour vous, quels sont vos gros cailloux ?

Quelle est la source qui vous fait du bien et comment vous voulez en prendre soin ?

Quelles sont les activités que je peux faire pour “prendre soin de ma source” ? C’est l’objet du prochain article sur la déconnexion !

Partagez-moi !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une réaction au sujet de « Choisir mes priorités »

  1. Merci et Bravo pour cet article ! On retrouve toute ta belle énergie dans tes mots et ça donne envie de lire la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *