Le zéro déchet VS l’hygiène

Je continue sur ma lancée en questionnant les objections souvent entendue sur le zéro déchet…

Au “j’ai pas le temps !”, je réponds : “Avance pas à pas. Il n’y a pas besoin que ça soit parfait ni au top niveau tout de suite…” (pour plus d’info je vous renvoie à l’article le zéro déchet VS le temps et le temps autour des courses et des repas.)

Aujourd’hui nous voilà sur la question de l’hygiène !

J’entends régulièrement :

  • Passer au zéro déchet c’est revenir en arrière, revenir à l’âge de pierre
  • Revenir aux mouchoirs en tissu, c’est sale !
  • Quoi les couches lavables et les serviettes hygiéniques lavables ? Mais c’est dégueuuuu !”

Tout d’abord il y a une question de dosage, d’ouverture et d’hygiène !

Je vais présenter quelques exemples !

Lire la suite

Résiste, prouve que tu existes… Refuser la surconsommation avec la méthode BISOU

Bon on ne va pas chanter du France Gall… Mais 1) j’aime bien cette chanson. Et 2) elle montre un lien entre la résistance et la visibilité (preuve de l’action)…
Donc si on est nombreux à agir dans le même sens, à refuser les achats de certains produits… Ça va interroger et faire bouger en profondeur les pratiques. Et j’espère à terme l’offre globale des achats alimentaires comme des biens de consommation !

Limiter l’impact environnemental de ses achats

Alors si vous êtes en train de lire cet article, c’est peut être que vous souhaitez réfléchir à comment limiter l’impact environnemental de vos achats pour cette (nouvelle) période faste en dépenses… Que ce soit les soldes, la période de Noël, les promos, ventes privées et autres, sont partout pour nous inciter à (sur)consommer.

Voici quelques astuces pour s’armer pour RESISTER aux tentations.

Installer un « STOP PUB » sur votre boîte aux lettres

On peut en avoir à la mairie, dans les déchetteries, s’en faire un soi-même (un papier, du scotch…) Qui dit pas de publicité, dit moins de tentations d’achats  ! Vous économiserez également 40kg de déchets par an ! C’est pas rien !

Connaissez-vous la méthode BISOU ?

Elle a été énoncée dans “J’arrête de surconsommer” de Marie Lefèvre et Herveline Verbecken du groupe Facebook “Gestion Budgétaire, entraide et Minimalisme” (groupe fantastiquement génial, soit dit en passant ! ^^). C’est une méthode pour éviter les achats impulsifs… Grosso Modo : J’ai faim / je suis fatiguée / j’ai passée une mauvaise journée, je passe devant un magasin de bijou et j’achète une ènième paire de boucle d’oreilles…

B : A quel besoin cet achat répond il chez moi? (besoin de réconfort, de confiance en soi, de faire un cadeau donc d’être aimé et validé par les autres, etc…)
I : En ai-je besoin immédiatement?
S : n’aurais je pas un objet Semblable qui pourrait faire l’affaire en ma possession?
O : quelle est l’origine de ce produit? (ça renvoie à l’éthique : conditions de travail des fabriquants, est ce que le produit vient de l’autre bout du monde ? etc)
U : cet objet m’est-il vraiment utile? Ex : J’ai vraiment besoin d’un aspirateur (je n’en ai pas), je vis dans un appartement avec moquette et chat… Par contre, est ce que c’est utile d’avoir le dernier aspirateur dernier cri si j’en ai déjà un fonctionnel chez moi ? Pas nécessairement…

L’application de cette méthode peut entraîner une incapacité à acheter sur un coup de tête…

Je trouve que l’application de cette méthode désamorce beaucoup de mes achats compulsifs… ^^ Bon, ils ont beaucoup diminué car avec 3 enfants, le temps pour flâner en ville a aussi bien diminué… Et comment dire, avec eux c’est pas le même plaisir ^^ (rappel, ils ont moins de 6 ans…)

Et même sur des achats réfléchis de longue date, avec l’argent mis de côté exprès, on continue de réfléchir… Par exemple, en ce moment, on se pose beaucoup de question sur l’achat de la switch pour mon mari.

Effectivement il y a l’attrait de la nouveauté. La plupart des jeux qui l’intéressent sortant sur cette plate-forme et le fait que pleins de gens de notre entourage en ont… amplifient l’envie. Après on résiste encore un peu, car il y a des annonces d’une nouvelle version de la console. Cela fera baisser les prix et permettra de la trouver d’occasion à des prix intéressants, ce qui n’est pas vraiment le cas à ce jour. (Et qu’aussi on s’est engagé dans un défi rien de neuf avec Zero Waste France)

Faire ses courses via les drives

Si vous faites l’intégralité de vos courses chez des petits commerçants ou des enseignes ne proposant pas le drive, passez à la suite.

Pour les autres, l’intérêt du drive est de ne pas être tenté par les promotions dans le magasin. D’autant plus lorsqu’on a une liste de courses précise de ce dont on a besoin. D’ailleurs, c’est aussi un gain de temps quand on utilise la fonctionnalité “produits habituels” (en tout cas dans mon drive), on va droit à l’essentiel sans passer de rayons en rayons…

Aller chez les producteurs locaux

La ruche qui dit oui, les coopératives d’achat, les AMAP, le marché et autres magasins à la ferme qui regroupent les produits de plusieurs producteurs locaux sont l’idéal… Donc consommer local, c’est faire vivre les producteurs de notre territoire (circuit court). C’est aussi limiter les intermédiaires ce qui permet des économies !

De plus quand vous trouvez fruits, légumes, pain, conserves, lait et fromage au même endroit, c’est un gain de temps pour éviter de faire des sauts de puce de l’un à l’autre !

D’autant que pour donner l’exemple de la Coop 5 Pour cent de Caen, les producteurs sont rémunérés à leur juste prix, contrairement à la grande distribution qui tire souvent les prix vers le bas.

C’est également vachement sympa de rencontrer son boulanger, son boucher ou son maraîcher. Une relation se tisse au fil du temps ! A présent, si j’oublie mes tupps, mon boucher se moque gentiment de moi… (comme quoi ça rentre dans les esprits !)

Anticiper les courses avec les menus et une liste de courses précises

Préparer une liste de courses précise, en fonction des menus que vous prévoyez. Même si vous ne respectez pas tout à la lettre… l’idée c’est de ne pas acheter en trop grande quantité des choses périssables au risque de perdre et gaspiller). Autre astuces avant les courses : mangez un en-cas si c’est bientôt l’heure du repas car on craque plus facilement lorsqu’on a faim… Au pire, buvez de l’eau ! L’idée c’est de remplir l’estomac ! 😉

Je ferai un article sur les menus car souvent on s’en fait une montagne alors que ça doit simplifier le quotidien… Le but n’est pas d’introduire de nouvelles recettes demandant beaucoup de temps et d’ingrédients chaque semaine !!

Les promos = Fausse Bonne Idée !

Pourquoi résister aux promotions alléchantes ? Je m’explique… Un commerçant n’a aucun intérêt à vendre à perte. Si les promotions sont là c’est bien pour promouvoir un produit et qu’il se vende davantage. Avez-vous déjà observé que les 3 pour 2 achetés nous font craquer parce qu’on a l’impression de faire une bonne affaire… ? Bien souvent ce sont des achats qu’on n’aurait pas fait sans la promotion. Et donc on se retrouve à dépenser davantage que prévu…

Surtout que l’on oublie ce qu’on a dans ses placards.. Et si vous êtes comme moi, vous ne faites pas un inventaire systématique du nombre de conserves entreposées dans le cellier ou du contenu de votre congélateur avant de faire les courses…

C’est comme ça que je me suis retrouvée avec 2 ans de shampoings et savons d’avance lorsqu’on a démarré la démarche zéro déchet ^^’

Voici une vidéo de “Partager c’est sympa“, qui résume :

  • A la fois pourquoi les promotions sont faites pour nous faire dépenser davantage
  • Quels circuits parallèles et alternatifs existent pour acheter d’occasion, faire réparer un objet, etc.

Les “bacs anti-gaspi”

Toutefois, dans la plupart des supermarchés depuis quelques temps, il y a des “bacs antigaspi”. Alors, je vous invite à aller faire un tour pour voir si certains produits sur votre liste s’y trouve… Et que vous comptez les manger vite (souvent très proche des dates limites…). Néanmoins, si vous n’avez pas besoin des chocolats liégeois présents… Résistez ! 😉

De mon côté, j’essaye de limiter les achats en supermarchés, et quand j’y vais à ne pas trop m’attarder sur les bacs antigaspi sinon c’est ma poubelle qui explose… (à cause des chocolats liégeois entre autre et de tout ce qui ne se vend que sous plastique ! ^^’)

J’espère que ces quelques astuces vous inspirent, voire que vous les mettez déjà en place ! Il n’y a rien de révolutionnaire… “juste” de l’organisation.

  • Anticiper pour éviter le gaspillage alimentaire,
  • Prévoir ses contenants quand on décide d’acheter en vrac, 
  • Ecrire ses menus et sa liste de course..

ZD rime avec Anticiper !

Clean Up the World !

Limiter ses déchets, c’est bien…!

Alors, c’est génial de faire attention à sa production de déchets, de mettre en place un compost, d’acheter en vrac et local… et palier au-dessus : de privilégier les produits issus du recyclage quand c’est possible ! Je pense au PQ. Pour les normands, saviez-vous qu’à côté de Cherbourg, Papeco, une entreprise s’est spécialisée dans la fabrication de papier toilette à partir du papier collecté dans les centres de tri… Certes, c’est un peu plus cher que du papier classique… Mais je suis contente de me dire qu’on ne va pas intentionnellement couper des arbres dans ce but. (Le bois utilisé n’est peut être pas de première qualité, mais aurait pu avoir un autre usage).

Les plus avancés pourraient objecter qu’on peut se passer de PQ. Les lingettes lavables ou l’installation d’une douchette sont des alternatives. On n’y est pas encore chez nous ! Bref, je ferme la parenthèse…

Je ne voulais pas centrer le sujet sur les toilettes mais sur une action toute simple et complémentaire de la réduction des déchets à la source…

J’ai nommé : le ramassage volontaire des déchets !

Qui a déjà participé à une opération « clean walker » = une marche citoyenne de nettoyage de la ville ?

Ça s’organise de plus en plus un peu partout. L’idée est simple. Que vous rejoignez un groupe organisé ou que vous le fassiez seul, prenez l’habitude d’emmener un sac pour ramasser les déchets que vous croisez quand vous vous promenez…Que ce soit :

  • en ville,
  • à la mer,
  • à la montagne,
  • en forêt
  • ou dans votre village pour aller à la boulangerie…Malheureusement des déchets on en croise souvent… Ils sont partout !

Sensibiliser les plus petits à ces gestes 

Des jeux de société existent pour sensibiliser les enfants à ces problèmes : je pense à Playa Playa ou Viva Montanya de BIOVIVA. La démo sur le site m’a convaincue, il arrivera vers le nouvel an (clin d’oeil à Tata Mélanie et Tonton Max qui l’ont trouvé sur le bon coin!) Je pourrais faire un retour après y avoir joué “en vrai” ! Parenthèse fermée.

Avec ou sans jeu… ça entre dans les habitudes !

Nous avons pris l’habitude de les ramasser quand on se promène avec mes enfants… A tel point que ce sont eux qui ne supportent pas de passer devant un mouchoir par terre ou une bouteille oubliée sans la ramasser… Ce qui peut s’avérer compliqué quand je n’ai pas anticipé… (avec un sac dans la poche).

Néanmoins, ça me rend fière de voir qu’à 5 ans, ma fille se sente bien concernée !  Ça me pousse à dépasser mes appréhensions du regard de l’autre… Qu’est ce qu’on va penser en me voyant avec une bière à la main, à 16h12 en pleine ville ?! En plus, on n’utilise plus la poussette, je peux pas la planquer… ^^’

Alors merci ma puce de me faire progresser et j’espère pouvoir me rendre disponible pendant les prochaines opérations « cleanup » avec l’asso locale : Surfrider – antenne Calvados et l’Humanivelle, l’asso zéro déchet de Caen !

Mégots, plastiques, mouchoirs… Tout cela se retrouve non seulement dans nos rues, sur nos trottoirs ou dans les parcs… Mais ont un impact destructeur à plus grande échelle.

Zoom sur les mégots de cigarette

  • Dans le monde, 4 300 milliards de mégots de cigarettes sont jetés dans les rues chaque année soit 137 000 mégots par seconde (compteur). Ça représente la bagatelle de 30 MILLIARDS de mégots jetés par terre en France.
  • En moyenne, il faut 12 ans pour que ces mégots se dégradent complètement dans la nature.
  • Les mégots représentent 2500 composants chimiques différents rejetés dans la nature.
  • Un mégot peut polluer jusqu’à 500L d’eau, sachant que les égouts vont directement à la mer sans filtre ni traitement. Chaque mégot jeté par terre est donc un acte grave, quand bien même vous fumez une cigarette avec un filtre biodégradable et des feuilles “bio” ! (Je vous renvoie à l’article de ConsoGlobe : le tabac biologique, une fumisterie ?)

Amis fumeurs, prenez l’habitude d’avoir un cendrier de poche afin de limiter l’impact environnemental de la cigarette dans le temps !!

De plus, l’eau pluviale et tous les déchets entraînés lors des averses s’évacue via les égouts directement dans les cours d’eau… sans système de filtration… Nous comprenons d’où vient tout le plastique aggloméré sur les plages ou qui aboutissent à des continents de plastique dans les océans.

Même des youtubers très suivis comme McFly et Carlito s’y sont mis et ont organisé une opération cleanwalker à Paris avec Benjamin Carboni (à l’origine du mouvement). Plusieurs centaines de personnes étaient présentes dans une ambiance très sympathique !

On est à l’époque des bonnes résolutions. Alors je vous en propose de :

  • participer à une collecte de déchets organisée près de chez soi ou
  • ramasser soi-même au détour d’une sortie les déchets qui traînent par terre.

Bonne année 2019 !

Lilo le moteur de recherche qui soutient nos projets

Après Ecosia qui plante des arbres, je vais vous présenter Lilo qui soutient les projets solidaires…

Vu comme ça c’est super… Alors prêts à embarquer pour un tour d’horizon plus complet ?

Let’s go !

Comment ça marche ?

Lilo est un moteur de recherche solidaire, créé en 2015 par des ingénieurs français. Il redistribue la moitié de ses revenus à des projets sociaux et environnementaux et respecte notre vie privée.

Chaque recherche effectuée sur Lilo se transforme en goutte d’eau. Le cumul de gouttes, quand on le souhaite, affecter nos “gouttes” à un projet choisi dans une banque de projets. Lilo transforme à son tour ces gouttes en argent et effectue un don à ce projet.

Ainsi chacun apporte sa goutte d’eau dans la réalisation de projets solidaires.

Combien rapporte chaque goutte ?

Les revenus des projets sont calculés par rapport aux revenus réels du moteur de recherche et sont répartis entre tous les projets au prorata des gouttes d’eau investies. Plus vous générez de gouttes d’eau et plus les revenus que vous générez seront importants. Une personne qui utilise Lilo durant 1 an, génère environ 15€ de revenus. Le montant total récolté par projet est mis à jour quotidiennement.

Imaginez si l’usage était démultiplié dans toutes les entreprises, collectivités et familles ?

Aujourd’hui, 12 octobre 2018 ce sont :

  • quelques 676 635 utilisateurs mensuels
  • qui génèrent 41 833 672 gouttes mensuelles
  • pour un total collecté et reversé de 1 157 067 euros.

Quels sont ces projets ?

Une banque de projets à soutenir est proposée classée en plusieurs catégories, d’envergure locale ou plus globale :

  • Environnement
  • Social
  • Santé
  • Education

Zoom sur 4 projets qui me tiennent à coeur que l’on peut soutenir grâce à Lilo :

Tout d’abord, le plus projet le plus local : La Coop 5 pour cent  de Caen. Il s’agit d’un lieu ouvert à l’économie collaborative, solidaire, à visée environnementale… La ressourcerie qui consiste en la collecte de meubles et objets divers usagés, de les valoriser au sein des ateliers de menuiserie ou d’électronique, puis de les revendre une fois remis en état. Il existe également un groupement d’achats avec des producteurs locaux et bien souvent bio…

Ensuite,le mouvement colibris : faire sa part. A l’initiative de Pierre Rhabi et de Cyril Dion, les Colibris, ce sont tous ces individus qui inventent, expérimentent et coopèrent concrètement, pour bâtir des modèles de vie en commun, respectueux de la nature et de l’être humain.

Le mouvement Alternatiba est un mouvement citoyen pour la justice et le climat. 

Les groupes Alternatiba (plus d’une centaine, répartis en France, en Europe et dans le monde) œuvrent chaque jour pour promouvoir et développer des solutions pour faire face à l’urgence climatique. Cela se concrétise à travers les villages des alternatives. Dans une ambiance festive et ludique, ils réorganisent l’espace public autour des thématiques qui constituent notre société (alimentation, économie, agriculture, énergie, éducation, …) pour permettre à toutes et tous de venir découvrir et partager des solutions concrètes au défi climatique.

Et enfin Kaizen est un magazine indépendant, publié tous les deux mois. Il met en valeur les initiatives positives, pérennes et reproductibles qui participent à modifier la société dans tous les secteurs : agriculture, énergie, habitat, économie, éducation, etc.

Kaizen est un mot japonais. Littéralement, il signifie : “changement” (kai) “bon” (zen). C’est aussi la philosophie d’un changement durable, par les petits pas.

Une multitude d’autres projets sont à soutenir. Vous pouvez répartir vos gouttes dans différents projets.

Ok pour le fond… mais est ce que c’est vraiment efficace ?

Pas de sacrifices sur la pertinence des résultats de recherche. Pour l’utiliser depuis plus d’un an, je ne vois pas la différence avec d’autres moteurs de recherches classiques…

Et pour cause : la technologie lilo utilise et agrège les algorithmes des plus grands moteurs de recherche (Yahoo, Bing…) pour afficher les résultats et liens commerciaux d’une recherche, tout en préservant votre vie privée.

Lilo est transparent : il se rémunère par les liens commerciaux affichés sur son moteur de recherche.

  • 50% sont reversés aux projets,
  • 20% pour la communication,
  • 5% pour la compensation carbone ( via certains projets soutenus, financés grâce à nos gouttes d’eau)
  • 25% pour payer les serveurs, les équipes et tout le reste !

Protection des données : les engagements de Lilo

D’autre part, la protection des données fait partie des valeurs fondamentales affichées : pas de revente de nos recherches ou données, outil de statistique configuré selon les recommandations de la CNIL, désactivation du tracking publicitaire… et les serveurs sont situés en France.

Alors convaincus ?

Qu’attendez-vous pour l’installer sur vos ordinateurs, tablettes et téléphones portables ?

Vous connaissez maintenant deux moteurs de recherche fiables, solidaires et qui vous permettent d’agir au quotidien pour un monde plus arboré et plus solidaire. Si vous n’avez pas lu l’article sur Ecosia, cliquez ici !

Le plus dur c’est de choisir lequel vous allez privilégier ! 

Ecosia, le moteur de recherche qui plante des arbres !

Avez-vous déjà entendu parler des alternatives à Google ?

Je vous propose un tour d’horizon sur deux articles sur les moteurs de recherche alternatifs Ecosia et LILO. Ils permettent de faire un pas pour donner du sens à nos recherches sur internet.

Ecosia

Ecosia est un moteur de recherche qui plante des arbres… Dit comme ça, on peut interroger… voici quelques explications :

“Comme tout moteur de rechercheEcosia possède des liens publicitaires (EcoAds et EcoLinks) permettant d’obtenir des revenus pour chaque clic ou un pourcentage lors d’un achat sur un site partenaire.

consoglobe

En quelques chiffres :

  • 80 % des bénéfices sont utilisés pour le soutien d’actions de reforestation au Pérou, en Indonésie, à Madagascar, au Burkina Faso… et plus récemment, en Tanzanie, en Ouganda, à Madagascar…
  • Cela représente l’équivalent de 2.000 euros par jour destinés aux arbres !
  • Les 20 % restants servent à compenser les émissions de CO2 de l’entreprise et des recherches effectuées, ainsi qu’à rémunérer les acteurs du projet.

Au 17 septembre 2018, au moment où j’écris ces lignes, Ecosia dénombre que les recherches effectuées par les internautes représente la plantation de 37 640 500 arbres ! Sachant que le 5 avril 2016, le site annonçait avoir passé la barre des 4 millions d’arbres plantés… Quelle progression exponentielle en quelques années !!

45 recherches financent un arbre… mais pas que !

Il s’agit tout d’abord de graines que l’on fait pousser en pépinières avant d’être plantées dans la forêt… comme vous pouvez le voir sur ces photos (extraites de la vidéo de Fabien Olicar, youtubeur. Il a retracé le voyage de 13 youtubeurs (dont lui) sensibles à la question écologique partis avec Ecosia (se) rendre compte de l’action menée en Tanzanie en juillet 2018. Les chiffres cités ci-dessous* viennent de cette vidéo :

La plantation d’arbre n’est que la partie émergée de l’iceberg des impacts positifs qui sont générés. 

Un cercle vertueux de développement durable

La Banque Mondiale estime que les forêts contribuent à générer les revenus nécessaires à la survie d’au moins 90 % des 1,2 milliards de personnes en situation de pauvreté extrême.

=> Economique,

  • La plantation d’arbres représente non seulement du travail :
    • 150 personnes* travaillent dans l’une des pépinières,
    • 1000 personnes* dans les plantations

=> Social

  • Cela engendre du tourisme dont 20% des bénéfices* sont reversé au niveau du village, des écoles, pour avoir de l’eau potable…

=> Et environnemental !

  • La diversité des arbres plantés est grande pour éviter la monoculture qui affaiblit les sols. Les fruitiers, par exemple, permettent aux habitants de tendre vers l‘autonomie alimentaire.
  • La plantation des arbres permet de valoriser tout l’écosystème et de modifier la texture du sol afin de retenir l’eau…
  • Sans compter l’impact très fort sur la biodiversité… Par exemple, une des plantations en Ouganda contribue à soutenir les chimpanzés de la région. Les arbres sont plantés le long de rivières qui relient des parcelles forestières existantes. Grâce à ces corridors forestiers, les chimpanzés peuvent passer sans danger d’une forêt à l’autre pour chercher de la nourriture ou des congénères. Ce qui auparavant a été la source de nombreux conflits entre les agriculteurs locaux et les grands singes et leur extermination. (source : le blog d’Ecosia)

“Nous pouvons tous faire quelque chose pour la planète”

Il est difficile d’imaginer notre monde sans internet. C’est déjà faire un choix écologique que d’installer un moteur de recherche alternatif comme Ecosia. On devient alors des éco-citoyens 2.0. C’est un petit pas qui a peu de conséquence dans notre vie de tous les jours… Néanmoins cela contribue à changer la vie de milliers de personnes à travers le monde, à portée de clics !

Alors qu’attendez-vous pour faire ce petit pas d’installer Ecosia sur votre ordinateur, tablette et/ou téléphone ?