Quelle (sur)consommatrice suis-je ?

Je reprends ici le quizz contenu dans J’arrête de surconsommer de Marie Lefèvre et Herveline Verbeken. Je vous le transmets avec l’autorisation de Marie.

Je ne peux que vous recommander la lecture de leur livre qui est à la fois décomplexant et fait réfléchir pour initier ou confirmer une démarche de transition écologique.

Quel (sur)consommateur êtes-vous ?

Quel que soit le consommateur que vous êtes aujourd’hui, le plus important pour vous inscrire dans une dynamique d’amélioration est d’être au clair avec votre point de départ. Aucune évolution personnelle, aucune démarche de progression ou de changement, ne peut avoir lieu sans une mise à plat de sa pratique ! Et une connaissance de soi-même, lucide, sans tabou, mais néanmoins bienveillante (comme nous le répétons souvent : « Autoflagellation interdite ! ») est un préalable indispensable.

Pour vous aider à cerner ce point de départ, nous vous avons concocté un petit test. Ludique et sans prétention scientifique, il vous aidera néanmoins à repérer quel (sur)consommateur vous êtes.

Prêt à découvrir le petit diable de surconsommateur qui sommeille en vous et à lui donner un bon coup de sabot de licorne ?

Cochez parmi les affirmations suivantes celles qui vous correspondent :

Je ne fais partie d’aucune association et je ne participe pas à la vie de ma commune / ma collectivité territoriale.
Je vois mes efforts comme une goutte d’eau au milieu de l’océan.
Cela m’est déjà arrivé d’acheter un objet et de ne pas m’en servir.
Je suis tenté(e) par les promotions “2 pour le prix de 1”, ça pourra toujours servir.
J’ai une pile de factures qui attend sur mon bureau.
Je ne rentre jamais des courses dans un petit “extra-plaisir”.
J’ai du mal à citer, même vaguement, le prix d’aliments courants.
Je suis déçu(e) du peu de considération pour l’écologie dans le monde politique.
J’ai tendance à beaucoup anticiper sur mes futurs besoins (acheter des vêtements aux enfants pour dans un an, faire un stock d’un certain produit pour ne pas en racheter pendant des mois, etc…)
J’étudie les différentes publicités que je reçois pour trouver le lieu où je payerai le moins cher.
Pour mes achats, je fonctionne au coup de cœur.
Je suis attiré(e) par les packagings esthétiques, ergonomiques, surtout pour les enfants.
Quand je suis triste ou stressé(e), j’achète quelque chose pour me réconforter.
Je suis collectionneur(se).
J’achète souvent les produits mis en avant dans les magasins, présentés en tête de gondole.
Je me demande pourquoi je m’embête à trier mes déchets quand je vois la pollution des usines de production.
Je ne connais pas la consommation d’énergie de mon foyer, ni celle d’eau.
J’achète parfois des choses que j’ai déjà chez moi (alimentaire ou autre).
Je garde beaucoup de choses chez moi au cas où j’en aurais besoin un jour, mes placards sont pleins.
Je trouve que le bio coûte trop cher, si c’était moins cher cela serait plus accessible.
Je craque toujours pour la même chose (livres, maquillage, outillage…)
Je ne fais pas vraiment mes comptes.
Je dépense beaucoup en cadeaux pour les autres.
J’ai toujours peur de passer pour un(e) radin(e)
Je suis souvent surpris(e) par des imprévus financiers.


Vous avez un maximum de ◊ : vous êtes plutôt autruche !


L’autruche est affublée de la mauvaise réputation de s’enfouir la tête dans le sable lorsqu’elle perçoit un danger ! Vous avez beau savoir que quelque chose cloche dans votre consommation, que vous dépensez trop par rapport à vos besoins, vous n’avez jamais pris le temps de poser les choses à plat et de vous pencher concrètement sur la question de votre consommation et de votre budget.

Il peut y avoir plusieurs raisons à cela : manque de motivation, de temps, procrastination, ou peur de ce que vous allez découvrir.

Prendre conscience où part son argent est absolument indispensable pour définir le point de départ d’un changement de consommation. C’est un moment qui peut être difficile à passer mais qui sera également un puissant moteur pour évoluer. 


Vous avez un maximum de ○ : vous êtes un acheteur compulsif !


L’achat compulsif est la bête noire de tous ceux qui veulent consommer de manière raisonnée et responsable. Malgré nos bonnes intentions et notre vigilance, il est tapi dans un coin de notre cerveau et ne demande qu’à surgir lorsque nous baissons la garde !

Ce petit monstre trouve toujours tout un tas de mots doux pour vous amadouer et jouer sur votre corde sensible : envie de faire plaisir aux autres, besoin de réconfort quand une petite baisse de régime se fait sentir ; il peut également vous susurrer que vous avez une chance incroyable de trouver cet article à ce prix défiant toute concurrence, que demain il ne sera peut-être plus là, etc. 

Il écrabouille alors votre raison et vote patience. Avide, il exige d’être satisfait immédiatement ! 

Il est primordial d’apprendre à le repérer, lui et tous ses stratagèmes plus aguichants les uns que les autres. Il est vraiment incroyablement malin, mais vous allez bientôt savoir comment le dompter (au jour 3 du livre).


Vous avez un maximum de □ : vous êtes un accumulateur !


Ce qui est drôle avec les accumulateurs, c’est qu’ils ont rarement conscience d’accumuler !

L’accumulation, au sens où nous l’entendons dans ce livre, n’est pas forcément la forme la plus spectaculaire, comme le syndrome de Diogène, maladie psychiatrique reconnue. Elle peut prendre des formes bien plus subtiles. Si vos placards de cuisine débordent de nourriture, si le contenu de votre congélateur vous permet de tenir un siège, si vos enfants ont des vêtements pour les deux ans à venir, si vous avez trente livres dans votre « pile à lire » et si vous avez assez de papier toilette pour tenir un an, il serait peut-être temps de vous reconnecter à vos vrais besoins et de vous délester de tout ce qui vous encombre.

Dans notre société basée sur les possessions matérielles, et en dépit du fait que les lieux d’approvisionnement sont en moyenne à moins d’une demi-heure du domicile, cette vision de l’accumulation est la norme. Mais nous, justement, on adore s’interroger sur la norme et la remettre en question !

Dans toute cette réflexion, la peur de manquer et les stratégies publicitaires sont vos ennemies jurées !

Rdv au jour 4 [du livre !] pour une petite introspection et pour trouver les outils qui vous aideront à vous débarrasser de cette fâcheuse manie ! Vous ne manquerez de rien et ferez de sacrées économies.


Vous avez un maximum de  : vous êtes un défaitiste !


Souvent, les personnes dotées d’une sensibilité importante sont celles qui perçoivent de manière aiguë les dysfonctionnements et les injustices d’un système. Elles sont alors submergées par un sentiment de désolation, lui-même entretenu à grand bruit par les médias qui semblent s’être donné le mot pour nous enfoncer dans le crâne cette sentence ultime : « Le monde va mal ! »

Catastrophes écologiques, scandales politiques et financier, culte du profit, injustice, pauvreté, crise économique, culture du chacun pour soi, repli sur soi, peur de la différence, voilà ce que nous renvoient en permanence, à grand renfort d’images chocs, les médias censés nous informer.

Ce sentiment de désolation entraîne presque inexorablement une autre sensation non moins accablante : l’impuissance.

En se laissant bercer de façon continue par le flot de mauvaises nouvelles, on peut facilement se dire qu’après tout ce n’est pas en triant nos déchets dans notre cuisine que le 7e continent va disparaitre, et que nous ne sommes qu’un grain de sable dans le désert.

On ne vous a jamais dit qu’un grain de sable pouvait enrayer une machine ?

Nous sommes persuadées que chaque personne a son rôle à jouer, et au jour 5 nous allons vous donner des clés pour sortir de cette impression négative et assumer la part du colibri qui sommeille en vous !

 


Vous avez un maximum de ∞ : vous êtes conditionné !


Vous êtes intéressé par les nouveautés, vous pensez sincèrement gagner de l’argent en achetant des produits en promotion, vous êtes sensible au regard des autres et à la norme sociale ?

Rassurez-vous, nous le sommes tous à différents niveau, et étant donné les méthodes employées par les industriels et les lobbys (un véritable matraquage quotidien !) pour que vous restiez conditionné le plus longtemps et le plus profondément possible, le moins que l’on puisse dire, c’est que la lutte est inégale au départ.

Les stratégies de marketing nous conditionnent depuis notre plus tendre enfance et ce sont même elles, maintenant qui créent la norme.

Rétablir sa capacité à s’interroger sur l’influence de ces stratégies sur nos achats est un chemin semé d’embûches : rdv au jour 6 [du livre] pour décrypter en quoi les comportements sociaux influencent votre consommation et pour tenter de la contrecarrer la tendance humaine grégaire sans pour autant se couper du monde et faire fuir tous vos amis !

« Résiste, prouve que tu existes ! »

Mettre en oeuvre aujourd’hui le “monde d’après”

Je parle aujourd’hui de rapport au temps et de réflexion sur le “monde d’après”… confinement.

J’ai pris l’habitude au début du confinement de remettre en article les posts (plus ou moins longs) de ma page facebook (Effet Colibri) afin que ceux qui me suivent uniquement ici y aient accès également !

Alors voici ma réflexion sur le “monde d’après” que je travaille à mettre en oeuvre dès aujourd’hui…

Lire la suite

Les petits pas ont-ils vraiment de l’impact ?

Zéro déchet et transition écologique : est ce que les petits pas ont réellement un impact ?!

J’ai eu l’occasion de visiter l’usine de valorisation énergétique des déchets de l’agglomération de Caen il y a 2 semaines (= l’incinérateur des déchets ménagers et médicaux). Une fois une première présentation du site et les équipements de protection enfilés, let’s go !

Lire la suite

Montrer son amour VS la montagne de cadeaux

Montrer et transmettre son amour

L’amour est une valeur fondamentale que tout parent veut transmettre à ses enfants. C’est assez universel pour ne pas être remis en cause ! Toute la question est sur le “comment” ! (Et oui on est la veille de la St Valentin et moi j’ai envie de parler d’amour parental… tout est normal ! ^^)

Que donner ? Comment mettre du sens dans leur vie ? C’est ce qu’aborde la dernière partie du livre de Valérie Halfon, “Tout le monde en a un sauf moi”. J’en avais déjà parlé ici… 

Elle y parle du rapport à l’argent, aux biens et au temps. Je vous livre quelques extraits…

Lire la suite

Le I de Immédiateté de la méthode BISOU

Je poursuis la suite de l’exploration de la méthode BISOU de Marie Duboin de la salade à tout et de Herveline Giradeau de Sortez de vos conapts.

Après la parution de J’arrête de surconsommer en 2018, elles ont sorti début janvier un nouvel opus qui approfondi la méthode BISOU. Il s’agit de l’abus de consommation responsable rend heureux. 

Je vous ai partagé quelques éléments du B de besoin et comment cela résonnait chez moi…

Voici la suite de l’exploration sur le rapport au temps et à la pression dans les mécanismes de consommation avec le I de Immédiateté ! 

Lire la suite

Le B de Besoin de-la-methode-BISOU

B comme Besoin, I comme Immédiateté, S comme Semblable, O comme Origine et U comme Utilité… Cela vous parle ?

C’est la méthode BISOU que Marie Duboin et Herveline Giraudeau avaient imaginé dans le livre J’arrête de surconsommer, paru en 2017. Ce sont les deux nanas à l’origine du groupe facebook “Gestion budgétaire, entraide et minimalisme… Groupe qui a marqué un tournant dans ma façon de vivre ma consommation… J’en ai déjà parlé ici et là !

L’abus de consommation responsable rend heureux* est leur second  bébé dans lequel elles approfondissent les 5 points de la méthode… en 250 pages !

Comme elles le disent dans l’intro, le nombre de personnes qui se trompent sur le B de “besoin” sont légions…

Lire la suite

L’écologie VS le confort moderne #1

Renouveau du discours écologiste !

La modernité est là et c’est bien ! Je ne suis pas là pour vous dire que tout est mal et qu’il faut retourner à l’âge des caverne…

S’il y a une prise de conscience écologique forte aujourd’hui c’est aussi grâce aux nouveaux moyens de communication. Et notamment des réseaux sociaux !

Aujourd’hui tout le monde peut s’exprimer sur son cheminement écologique via des blogs, des groupes facebook, des pages ou comptes instagram. C’est comme ça que j’ai entamé ma transition il y a plus de 3 ans… (Je vous raconte ça ici)

Lire la suite

Le plastique et le recyclage #2

Souvenez-vous, le 5 juin dernier c’était la journée mondiale de l’environnement. France Inter et Kombini avaient décidé de mettre l’accent sur le plastique avec une journée “Le plastique, non merci !”

Le plastique est un sujet vaste aussi j’avais commencé à en parler dans plusieurs articles. La diffusion récente de Envoyé Spécial sur le plastique me pousse à continuer l’exploration sur le plastique.

Lire la suite