Résiste, prouve que tu existes !!

Bon on ne va pas chanter du France Gall… Mais 1) j’aime bien cette chanson. Et 2) elle montre un lien entre la résistance et la visibilité (preuve de l’action)…
Donc si on est nombreux à agir dans le même sens, à refuser les achats de certains produits… Ça va interroger et faire bouger en profondeur les pratiques. Et j’espère à terme l’offre globale des achats alimentaires comme des biens de consommation !

Limiter l’impact environnemental de ses achats

Alors si vous êtes en train de lire cet article, c’est peut être que vous souhaitez réfléchir à comment limiter l’impact environnemental de vos achats pour cette (nouvelle) période faste en dépenses… Que ce soit les soldes, la période de Noël, les promos, ventes privées et autres, sont partout pour nous inciter à (sur)consommer.

Voici quelques astuces pour s’armer pour RESISTER aux tentations.

Installer un « STOP PUB » sur votre boîte aux lettres

On peut en avoir à la mairie, dans les déchetteries, s’en faire un soi-même (un papier, du scotch…) Qui dit pas de publicité, dit moins de tentations d’achats  ! Vous économiserez également 40kg de déchets par an ! C’est pas rien !

Connaissez-vous la méthode BISOU ?

Elle a été énoncée dans “J’arrête de surconsommer” de Marie Lefèvre et Herveline Verbecken du groupe Facebook “Gestion Budgétaire, entraide et Minimalisme” (groupe fantastiquement génial, soit dit en passant ! ^^). C’est une méthode pour éviter les achats impulsifs… Grosso Modo : J’ai faim / je suis fatiguée / j’ai passée une mauvaise journée, je passe devant un magasin de bijou et j’achète une ènième paire de boucle d’oreilles…

B : A quel besoin cet achat répond il chez moi? (besoin de réconfort, de confiance en soi, de faire un cadeau donc d’être aimé et validé par les autres, etc…)
I : En ai-je besoin immédiatement?
S : n’aurais je pas un objet Semblable qui pourrait faire l’affaire en ma possession?
O : quelle est l’origine de ce produit? (ça renvoie à l’éthique : conditions de travail des fabriquants, est ce que le produit vient de l’autre bout du monde ? etc)
U : cet objet m’est-il vraiment utile? Ex : J’ai vraiment besoin d’un aspirateur (je n’en ai pas), je vis dans un appartement avec moquette et chat… Par contre, est ce que c’est utile d’avoir le dernier aspirateur dernier cri si j’en ai déjà un fonctionnel chez moi ? Pas nécessairement…

L’application de cette méthode peut entraîner une incapacité à acheter sur un coup de tête…

Je trouve que l’application de cette méthode désamorce beaucoup de mes achats compulsifs… ^^ Bon, ils ont beaucoup diminué car avec 3 enfants, le temps pour flâner en ville a aussi bien diminué… Et comment dire, avec eux c’est pas le même plaisir ^^ (rappel, ils ont moins de 6 ans…)

Et même sur des achats réfléchis de longue date, avec l’argent mis de côté exprès, on continue de réfléchir… Par exemple, en ce moment, on se pose beaucoup de question sur l’achat de la switch pour mon mari.

Effectivement il y a l’attrait de la nouveauté. La plupart des jeux qui l’intéressent sortant sur cette plate-forme et le fait que pleins de gens de notre entourage en ont… amplifient l’envie. Après on résiste encore un peu, car il y a des annonces d’une nouvelle version de la console. Cela fera baisser les prix et permettra de la trouver d’occasion à des prix intéressants, ce qui n’est pas vraiment le cas à ce jour. (Et qu’aussi on s’est engagé dans un défi rien de neuf avec Zero Waste France)

Faire ses courses via les drives

Si vous faites l’intégralité de vos courses chez des petits commerçants ou des enseignes ne proposant pas le drive, passez à la suite.

Pour les autres, l’intérêt du drive est de ne pas être tenté par les promotions dans le magasin. D’autant plus lorsqu’on a une liste de courses précise de ce dont on a besoin. D’ailleurs, c’est aussi un gain de temps quand on utilise la fonctionnalité “produits habituels” (en tout cas dans mon drive), on va droit à l’essentiel sans passer de rayons en rayons…

Aller chez les producteurs locaux

La ruche qui dit oui, les coopératives d’achat, les AMAP, le marché et autres magasins à la ferme qui regroupent les produits de plusieurs producteurs locaux sont l’idéal… Donc consommer local, c’est faire vivre les producteurs de notre territoire (circuit court). C’est aussi limiter les intermédiaires ce qui permet des économies !

De plus quand vous trouvez fruits, légumes, pain, conserves, lait et fromage au même endroit, c’est un gain de temps pour éviter de faire des sauts de puce de l’un à l’autre !

D’autant que pour donner l’exemple de la Coop 5 Pour cent de Caen, les producteurs sont rémunérés à leur juste prix, contrairement à la grande distribution qui tire souvent les prix vers le bas.

C’est également vachement sympa de rencontrer son boulanger, son boucher ou son maraîcher. Une relation se tisse au fil du temps ! A présent, si j’oublie mes tupps, mon boucher se moque gentiment de moi… (comme quoi ça rentre dans les esprits !)

Anticiper les courses avec les menus et une liste de courses précises

Préparer une liste de courses précise, en fonction des menus que vous prévoyez. Même si vous ne respectez pas tout à la lettre… l’idée c’est de ne pas acheter en trop grande quantité des choses périssables au risque de perdre et gaspiller). Autre astuces avant les courses : mangez un en-cas si c’est bientôt l’heure du repas car on craque plus facilement lorsqu’on a faim… Au pire, buvez de l’eau ! L’idée c’est de remplir l’estomac ! 😉

Je ferai un article sur les menus car souvent on s’en fait une montagne alors que ça doit simplifier le quotidien… Le but n’est pas d’introduire de nouvelles recettes demandant beaucoup de temps et d’ingrédients chaque semaine !!

Les promos = Fausse Bonne Idée !

Pourquoi résister aux promotions alléchantes ? Je m’explique… Un commerçant n’a aucun intérêt à vendre à perte. Si les promotions sont là c’est bien pour promouvoir un produit et qu’il se vende davantage. Avez-vous déjà observé que les 3 pour 2 achetés nous font craquer parce qu’on a l’impression de faire une bonne affaire… ? Bien souvent ce sont des achats qu’on n’aurait pas fait sans la promotion. Et donc on se retrouve à dépenser davantage que prévu…

Surtout que l’on oublie ce qu’on a dans ses placards.. Et si vous êtes comme moi, vous ne faites pas un inventaire systématique du nombre de conserves entreposées dans le cellier ou du contenu de votre congélateur avant de faire les courses…

C’est comme ça que je me suis retrouvée avec 2 ans de shampoings et savons d’avance lorsqu’on a démarré la démarche zéro déchet ^^’

Voici une vidéo de “Partager c’est sympa“, qui résume :

  • A la fois pourquoi les promotions sont faites pour nous faire dépenser davantage
  • Quels circuits parallèles et alternatifs existent pour acheter d’occasion, faire réparer un objet, etc.

Les “bacs anti-gaspi”

Toutefois, dans la plupart des supermarchés depuis quelques temps, il y a des “bacs antigaspi”. Alors, je vous invite à aller faire un tour pour voir si certains produits sur votre liste s’y trouve… Et que vous comptez les manger vite (souvent très proche des dates limites…). Néanmoins, si vous n’avez pas besoin des chocolats liégeois présents… Résistez ! 😉

De mon côté, j’essaye de limiter les achats en supermarchés, et quand j’y vais à ne pas trop m’attarder sur les bacs antigaspi sinon c’est ma poubelle qui explose… (à cause des chocolats liégeois entre autre et de tout ce qui ne se vend que sous plastique ! ^^’)

J’espère que ces quelques astuces vous inspirent, voire que vous les mettez déjà en place ! Il n’y a rien de révolutionnaire… “juste” de l’organisation.

  • Anticiper pour éviter le gaspillage alimentaire,
  • Prévoir ses contenants quand on décide d’acheter en vrac, 
  • Ecrire ses menus et sa liste de course..

ZD rime avec Anticiper !

Partagez-moi !
  • 20
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *