Transformer son sentiment d’impuissance face au changement climatique

On a souvent un sentiment d’impuissance et de “jamais assez” dans l’engagement écologique… notamment au regard des enjeux. Cela peut induire un découragement…

“Je mange bio au maximum et de plus en plus végétarien. Je limite le plastique autant que je peux, je fais tous mes produits ménagers moi-même. Et ça ne suffit toujours pas ?!  A quoi bon continuer… En plus, si les gens faisaient la même chose, on avancerait bien plus vite ! !” (inspiration Bloculus)

Souvent ce sentiment d’impuissance revient en force par :

  • l’inaction relative autour de nous,
  • les remarques de notre entourage sur nos évolutions de mode de vie,
  • l’incompréhension par les autres de l’urgence qui nous saisit
  • l’impression que quoi qu’on fasse ça ne sera jamais assez…

Dépasser ce sentiment d’impuissance par la reconnexion à soi

Très souvent on me demande « comment convaincre mon conjoint de passer au zéro déchet ? »

Très vaste question, qui si la réponse était universelle, serait une arme puissante au service d’une idéologie… Qu’elle soit positive pour l’environnement ou au contraire destructrice !

Je ne vais donc pas vous livrer la baguette magique pour convaincre ! Néanmoins, au fil de mes rencontres, lectures, formations, j’ai acquis des clés pour transformer ce sentiment d’impuissance et se reconnecter à sa capacité d’action et à sa responsabilité !

Je t’en partage ici 3 qui permettent aussi je trouve de réduire sa charge mentale…

Définir son « pourquoi »

Pourquoi est-ce que l’écologie est important pour moi ?

    • Est-ce que c’est un « il faut que » supplémentaire qui vient chatouiller notre culpabilité ?
    • Est-ce pour répondre à une quête de sens de votre vie ?
    • Est-ce pour avoir « bonne conscience » et se dire qu’on aura au moins tenté de faire des choses… de « faire sa part » ?

Cette question du pourquoi, de la motivation profonde est HYPER importante car la définir est LA clé pour durer dans la démarche et garder de l’élan.

Du coup, si je veux aller plus loin tu peux t’interroger : pourquoi est-ce important pour vous que votre conjoint et vos enfants aillent dans la même direction que vous ?

Car après tout, on peut être végétarienne dans une famille qui mange encore de la viande ! C’est le cas de plusieurs de mes amies.

La phase d’introspection

Faire un travail d’introspection pour comprendre comment les enjeux climatiques et de biodiversité viennent entrer en résonnance avec nos émotions, nos valeurs, nos peurs profondes… Et accueillir ces émotions sans les juger !!!

Alors ok c’est une partie pas drôle…

C’est un travail que je fais depuis plusieurs mois avec ma psychothérapeute, alors je sais de quoi je parle. 😉 Et en même temps, je trouve que c’est tellement riche et profond !

C’est une étape qui permet de mieux se connaitre, de pouvoir définir nos limites, ce qui est essentiel dans notre façon de voir la vie et ce qu’on ne peut  pas/ plus accepter…

C’est mieux comprendre nos fonctionnements : pourquoi entendre telle ou telle remarque me met dans un tel état de colère. Qu’est ce que ça vient toucher en moi ? Qu’est ce qui est blessé en-dessous ? Qu’est ce que ça vient réveiller ?

C’est comprendre le message envoyé par notre corps et se mettre à son écoute… Car une émotion c’est ça : vivre au présent, se laisser traverser par l’émotion sans résister… Et cesser de faire la guerre à son corps (parce qu’après ça ressort par d’autres moyens : migraines, maux de dos, maux de gorge, mal de ventre…)

Je te recommande le podcast d’Amina d’Ambitieuse heureuse si tu veux en savoir plus sur les émotions.

Ainsi si vous savez pourquoi vous faites les choses et comment ça vient construire un alignement émotionnel / valeurs… Les remarques des autres vous toucheront beaucoup moins. Et de ce fait alimenteront de moins en moins le sentiment d’impuissance…

Prendre plaisir !

Renouer avec la sensation de plaisir est primordial pour moi ! C’est même une dimension importante pour donner envie aux autres ! Cf cet article !

C’est un des principaux moteurs du changement et surtout un des plus durables !

Je ne suis pas de celles qui ont été convaincue de faire du zéro déchet car ça me permettrait de faire des économies.

J’avais (et j’ai toujours) besoin de trouver du sens dans ce que je fais, d’expérimenter ce qui va dans ce sens… Et la chose à laquelle je ne m’attendais pas : la fierté et le sentiment de puissance qui en a découlé.

J’ai vraiment ressenti une grande joie à voir que je pouvais devenir autonome sur pleins d’aspects matériels (ménage / cuisine) via la démarche zéro déchet et plus globalement écologique.

Les contraintes, les récompenses, les lois, ou le catastrophisme sont des leviers de transformation qui nous font agir de mauvaise grâce, parce qu’on n’a pas le choix ou que la carotte nous fait envie… Nous n’agissons pas par conviction profonde…

Le temps de l’action

Enfin, revenir au présent est aussi important. Car nous n’avons plus prise sur hier… et demain est encore à venir… Le seul moment sur lequel j’ai prise c’est aujourd’hui, c’est maintenant.

Alors ça peut paraître lâche… mais j’ai choisi de mettre des œillères et de me concentrer sur ce que je pouvais faire ici et maintenant (de façon individuelle ou collective). Je ne peux pas changer LE monde… Je peux changer MON monde, par petits pas successifs.

“Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas tout faire qu’il ne faut rien faire”. Bénédicte Moret, maman de la famille presque Zéro Déchet.

Today is the day - effet colibri

J’ai choisi de me reconnecter à moi, à ma capacité d’agir là où je suis plantée, en questionnant mes besoins, mes émotions, mes valeurs… et en priorisant ce qui est le plus important !

Je suis toujours en quête de ma “juste place”, du “bon positionnement”, de ma façon de partager sur la transition écologique… Néanmoins, ce n’est qu’en tâtonnant et en expérimentant que je trouve petit à petit la direction dans laquelle aller !

Alors même si c’est plus long, je pense qu’il faut susciter des déclics chez les autres en travaillant son alignement profond !

Pas parce que c’est un mot à la mode !

Mais parce que c’est ce qui nous rendra le plus heureux : être aligné avec ses valeurs, sortir des “il faut que” : en somme tordre le cou aux sentiments d’impuissance en devenant pleinement soi-même !

 

Alors est ce que ça résonne en toi ?

Si tu veux approfondir la question, je suis en train de travailler sur un programme autour de ces questions : alignement / relation aux autres “non écolo” / comment être soi sans être cataloguée d'”écolo relou”. Si tu veux m’aider à le co-construire pour qu’il ressemble au plus près à tes besoins, tu peux répondre à ce rapide sondage.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *