Ecologie : la to do list de plus ?

“Faire sa part”, “Agir pour la planète”… beaucoup de “faire”… D’où mon interrogation du jour : l’écologie est-elle une to-do-list qui s’ajoute à tout ce qu’il y a déjà à FAIRE dans nos semaines plus que bien remplies ? (d’autant que le contexte est angoissant avec l’ombre du coronavirus quand il n’est pas une réalité concrète…)

Alors l’écologie est-elle une succession de choses à cocher ? 👣

Nous sommes nombreuses et nombreux à commencer par “faire”… une prise de conscience qu’on produit trop de déchets, qu’on surconsomme ou que finalement ça ne nous rend pas heureux…
Et quand on découvre tous les possibles que l’on peut faire soi-même… Personnellement, j’ai eu un sentiment grisant de puissance : je peux me passer de supermarché… pour beaucoup de choses ! Alors let’s go : lessive (de préférence avec une recette qui ne fige pas), produit vaisselle (qui ne laisse pas la vaisselle toute grasse), et tous les produits ménagers y passent…
Puis on se met à cuisiner davantage (avec quelques ratés au passage…) mais on y prend goût…
Toutefois cela peut aussi conduire à un trop plein de “choses à faire” : de changements à effectuer pour être plus green…
D’où parfois le fait qu’on dise que le zéro déchet coûte cher car on a envie de tout changer et VITE ! (Le tout saupoudré de perfectionnisme… on veut le meilleur…)

De là 2 options :

  1.  J’abandonne (cf cet article) et je culpabilise de ne pas en faire assez…
  2. Je m’épuise à vouloir tout faire bien… et je finis par abandonner car la to do list est trop lourde… (et le sentiment de frustration trop grand… de ne pas réussir à tout faire bien) –> Sentiment exacerbé si ton/ta conjoint.e  n’est pas dans ton “délire”.

Une troisième voie

C’est de prendre de la hauteur, de faire preuve de bienveillance envers soi même…
” Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas tout faire, qu’il ne faut rien faire” (Bénédicte Moret, la maman de la famille presque Zéro Déchet)
👉 Ne pas chercher à tout faire mais aller petit à petit vers ce qui me donne envie… et qui est ajusté à mes possibilités.
🌏 De toute façon au regard de l’enjeu climatique, (et sans vouloir te plomber le moral)… on n’en fera jamais assez à notre échelle individuelle… Alors autant faire peu, mais faire bien et joyeusement… Car ce n’est pas en burn out écologique qu’on arrive à persuader les autres de s’y mettre… Et l’enjeu est collectif et mondial !
Personnellement je me retrouve aussi beaucoup dans ces mots… extrait de “Et lentement tout bascule” de Blandine et Arthur de Lassus.

🦋 Passer du faire à l’être…

🌱de faire des choses pour la planète… à vivre l’écologie
🌺 dans mes choix de vie,
🌼 dans mon choix de ralentir,
🌞 de mieux me comprendre,
🌷 et de m’écouter davantage, (et non ce n’est pas de l’égoïsme… car une maman qui est bien, c’est une maman qui hurle moins sur tout ce qui bouge de 18h à 21h !)
👉 Ça résonne d’autant que j’apprends à dompter mon hypersensibilité (en vrai juste à bien la vivre… car elle est là et le rapport de force avec ses émotions c’est juste trop fatigant…)
Donc voilà pour moi, l’écologie ne se résume pas à de la lessive maison ou à faire ses courses en vrac… c’est un autre style de vie… ! 🌏
Qu’en penses-tu ?
NB : Si cet article vous a plu et que vous souhaitez me soutenir dans mon travail de blogging et de transmission, vous pouvez aussi le faire via la plate-forme tipeee. Vous donnez ce que vous voulez, ponctuellement ou mensuellement. Il n’y a pas de “petits dons”, les petits ruisseaux font les grandes rivières 😉 Merci d’avance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *