Les marches pour le climat : des gens engagés à découvrir !

Aujourd’hui je voudrais vous partager un texte qui m’a beaucoup touché : une lutte d’un nouvel ordre. Je l’ai découvert sur les réseaux sociaux il y a quelques jours…

Il a été écrit et lu par une jeune fille “Enfant furtif” lors de la marche pour le climat du 15 mars 2019 à Neuchâtel. Car, si vous ne le savez pas, les marches pour le climat, ce n’est pas uniquement faire un grand défilé de gens qui se mobilisent… Il y a également des temps d’intervention de qualité pour nourrir la réflexion. Pourquoi agir, et surtout comment ?

Place aux poètes, aux chanteurs, aux gens connus engagés comme Cyril Dion (je vous conseille cette vidéo), ou aux anonymes comme vous et moi. Chacun avec nos talents nous pouvons être inspirateur du monde que nous souhaitons voir naître.

“Une lutte d’un nouvel ordre”

Tel est le titre du texte que je vais vous partager (avec l’accord de son auteur !) D’ailleurs si vous souhaitez le partager en dehors de cet article ou la contacter voici son email : enfant.furtif@gmail.com

Définition

Le titre fait écho à une nouveau type de “lutte” ! Mais au fond de quoi parle-t-on ? Si l’on se réfère à la définition du Larousse, il s’agit soit d’un :

  • Sport de combat dans lequel deux adversaires s’affrontent à mains nues, chacun cherchant à renverser l’autre sur le dos.
  • Affrontement, combat entre des personnes, des groupes, chacun s’efforçant d’assurer sa domination, de faire triompher sa cause.

C’est le sens du mot quand on l’associe au communisme ou à l’anarchie. (Cf le refrain de l’Internationale, hymne communiste et anarchiste).

Ce sont les sens suivants de la définition qui sont les plus proches de la “lutte” contre le réchauffement climatique. Il ne s’agit pas de faire triompher une idéologie… Mais de défendre une cause.

  • Ensemble des actions menées pour obtenir quelque chose, pour défendre une cause Lutte pour la liberté. Luttes syndicales.
  • Ensemble des actions menées pour vaincre un mal.
  • Résistance opposée à une force, à un élément contraire ; volonté de vaincre des difficultés.
  • Action en sens contraire de deux ou plusieurs forces : Lutte entre le bien et le mal.

Apparté rapport sur la biodiversité

Alors effectivement, nous vivons des défis qui nous dépassent avec le réchauffement climatique, la 6e extinction de masse de la biodiversité en cours. Un nouveau rapport sur la biodiversité mondiale a été rendue public par l’IPBES (le GIEC de la biodiversité) en début de semaine (lundi 6 mai 2019). C’est la 1ère depuis la disparition des dinosaures (il y a 65 millions d’années) et la 6e depuis 500 millions d’années… Je vous en reparlerais plus longuement bientôt 😉

“L’agriculture, la pêche et le changement climatique sont en train de provoquer l’extinction d’un million d’espèces.” En réponse, l’IPBES appelle à un remaniement radical de la société.

Et ce changement global de la société implique des renoncements… que vont consentir avec plus ou moins de facilité une partie de la population…. Pour d’autres ce sera beaucoup plus compliqué de comprendre les enjeux et de mettre en application le “remaniement radical”.

Défendre une cause : oui ! Mais pas n’importe comment. Aujourd’hui, par ce texte, “Enfant furtif” nous invite à une lutte d’un nouvel ordre qui ne crée pas une opposition qui s’avère culpabilisante.

Une lutte d’un nouvel ordre !

“Que tu utilises tes deux mains pour faire du pain, que tu sois producteur de vin, qu’tu te défies de ne plus rien acheter dans les grands magasins, que tu milites pour éradiquer la faim ou pour nous encourager à manger plus sain….

Que tu t’investisses pour la propreté de nos chemins, pour la faune du Rhin, la flore de ton patelin ou la préservation des grands requins.

Que tu sois un spécialiste des ragondins ou du plantain, que tu luttes contre la biodiversité en déclin ou que tu ne supportes simplement plus de voir tous ces cirques et ces zoos faire du gain sur les grands félins.

Que tu prônes la fin du rêve américain ou que tu t’opposes au pillage du continent africain. 

Que tu prennes à cœur l’éducation de nos bambins, que tu sois prof de math à temps plein, que tu sois pour la suppression des notes et des bulletins, que tu ouvres un centre d’accueil pour orphelins ou que tu aspires simplement à un système qui donne une place à chacun.

Que tu t’exprimes à travers l’art, la peinture ou le dessin, que tu passes ton temps à gribouiller dans un calepin, que tu sois le Grand St-Bernard de tous les copains ou que tu aimes donner de vrais câlins.

Que tu prennes le temps de sourire à tes voisins, que tu sois juste un grand fan d’Amélie Poulain ou que tu veuilles te retirer et vivre seul sur un bateau comme un vieux marin…

En fait, peu importe. PEU IMPORTE que tu fasses quelque chose de peu commun ou d’indispensable au quotidien, tu es simplement un être humain alors sois serein, aie confiance et ce que tu fais, fais-le avec le cœur, fais-le bien.

Chacun sa part, chacun ses moyens mais n’oubliez pas, chacun ses tares, chacun ses freins !

Personne ne « sauvera le monde » mais on peut essayer de reformer la ronde et étouffer, ou du moins se libérer de ce qui nous semble immonde.

Je ne veux pas d’une lutte de la culpabilité, du « tu n’en fais pas assez ». Je veux d’une lutte qui dit « tu es beau quand tu n’as pas peur de faire faux » !

Essaie, essaie encore, allez, ose, sors le bateau du port !

Je veux une lutte qui s’émancipe de la dualité, du séparatisme et du schéma tyrannique qui nous pousse à nous positionner hors et contre d’autres.

Je ne veux pas d’une lutte du gavage de la partie ou du triomphe de la fraction, je veux d’une lutte du tout pour le tout, la lutte de la diversité pour elle-même. 

Je veux d’une lutte aimante et non d’une lutte pleine d’accusations et de rancœur.

Je veux d’une lutte qui va de l’avant, une lutte du maintenant pour l’après et non d’une lutte contre hier et pleines de regrets.

Le monde est ainsi fait, voici notre histoire, chérissez-la car aujourd’hui peut-être se dessine la nouvelle fresque du monde.
Une œuvre hors du temps et prête à conquérir nos cœurs.
L’œuvre du vivant pour le vivant, l’œuvre de la Terre pour la Terre, l’œuvre de l’univers pour l’univers.

Nous sommes la vie qui se meut, nous sommes l’Amour qui se veut et nous sommes des hommes, des femmes, des êtres en marche pour le renouveau, la tolérance, peut-être même la renaissance.

Nous sommes et serons les acteurs d’une nouvelle ère. Je veux d’une lutte d’un nouvel ordre. La lutte de tous pour le tout. La lutte qui héberge en elle l’intime conviction que cette terre peut accueillir chacun de nous.

Je veux d’une lutte qui cherche des regards pour réveiller les cœurs, les âmes, pour essuyer les larmes et ranger nos armes. Alors mesdames, mesdemoiselles, messieurs et toute personne qui ne se reconnaîtrait pas dans ces appellations ordinaires, donnez un élan d’Amour, avec un A grand comme le monde, oui donnez un élan d’Amour à cette journée, à cette manifestation, à ce mouvement, à cette lutte… à cette vie.

Luttez avec Amour et Sensibilité. Car c’est dans nos esprits qu’il faut détruire nos propres barrières ! 
Alors, bien que personne ne soit tout à fait innocent, je vous rappelle que personne n’est complètement coupable non plus. Cultivez le positif, le pardon, dirigez-vous vers des terrains fertiles ou révélez la lumière et le plein potentiel de vos semblables.

N’accusez pas vos pairs, chérissez pères et mères comme on devrait chérir la Terre. Et surtout, et j’ose espérer que les fervents bénévoles ici présents m’entendront, ne vous épuisez pas à la tâche, la dévotion poussée à l’extrême est maladive. 

Prenez soin de vous, de votre propre jardin. Il faut se reposer pour rester réveillé. L’éveil et le juste dosage entre rêve et réalité. Alors prenez du temps pour les choses simples, pour contempler et vous délecter de simplicité.

N’hésitez plus à dire je t’aime à votre famille, vos amis, à tout ce qui vous procure de la gratitude et vous rappelle que vous êtes en vie.

Aimez sans condition, une fleur, un arbre, une montagne, un lac, un sourire, un chat, une couleur, un plat, une odeur, une graine que l’on sème… et puis n’oubliez pas le plus important, aimez-vous vous-même. Remerciez-vous d’être ainsi fait, vivant, complexe, indéfinissable, désordonné mais sensible et vivant… oui, vivant ! Laissez votre cœur vibrer et n’ayez crainte de vous exprimer.

Car si vous êtes plus chaud que le climat alors partagez un peu de cette chaleur car le cœur des hommes a froid et seul l’Amour nous raisonnera.”

Je trouve que tout est dit…

En guise de conclusion…

Alors si vous décidez de participer à la prochaine marche pour le climat, grève mondiale de la jeunesse pour le climat (le vendredi 24 mai) ou autres manifestations pacifistes en faveur du climat… Souvenez-vous de ce texte. Soyez dans la gratitude, soyez dans la justesse de l’alerte pour le vivant, mais sans culpabiliser. Initions un dialogue, montrons que vivre autrement et possible et rend heureux !

Ces marches sont l’occasion de se rendre compte qu’on n’est pas seuls dans la démarche !! Alors même si vous avez l’impression que ça ne change pas grand chose, plus nous serons nombreux à nous déplacer. Plus le message sera diffusé et impactera le plus grand nombre !

Soyez le changement que vous voulez voir advenir dans le monde” nous disait Gandhi. Certes cela passe par une consommation raisonnée, un changement de nos modes de vie. Mais cela passe aussi par la bienveillance, l’accueil de l’autre avec ses freins, par l’exemple que l’on donne. (Je vous renvoie à l’article où je parle de comment rendre la démarche zéro déchet (et écoresponsable en général) contagieuse !)

Changer le monde passe surtout par notre façon d’être au monde !

Partagez-moi !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 Comments

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *