Shampoing solide acheté VS DIY

Aujourd’hui je vous parle shampoing ! 

Je viens de voir en rediffusion la vidéo BRUT. qui montre la recette du shampoing solide… à base de SCI (tensio actif, agent moussant), huile, eau et poudre ayurvédique lavante + huile essentielle.

Ce type de vidéo donne envie de s’y mettre car effectivement ça a l’air vraiment tout simple… et on se dit : “chouette c’est zéro déchet” !

Alors je vais vous donner mon point de vue sur le DIY… qui est un peu plus nuancé…

Ca va peut être vous surprendre de la part de quelqu’un qui anime des ateliers zéro déchet…

En fait, je ne fabrique pas du tout mon shampoing… Et ce n’est pas pour autant que je critique ceux qui font le leur, entendons-nous bien !

C’est mon choix zéro déchet…

Attention **spoiler alert** il se pourrait que je fasse part d’une expérience insolite à la fin de l’article… Lisez jusqu’au bout !

Pourquoi je ne fabrique pas mon shampoing solide ?

La shampoing solide demande 3 ou 4 produits spécifiques que je n’ai pas chez moi, et qui ne servent QUE pour cette recette. Jusque là, c’est entendable de se dire : “pourquoi pas !”

Le hic, c’est qu’il faut être assez certain de la composition de son shampoing, avoir bien potassé pour se lancer car si la composition ne convient pas, les petits contenants vont en fait s’accumuler jusqu’à trouver THE recette qui convienne parfaitement à mes cheveux…

Huile de jojoba, poudre de shikakaï, argile verte et autre poudre d’alma… beaucoup d’exotisme pour des produits qui ne sont pas vraiment locaux, et conditionnés individuellement…

Or, on est 5 à la maison… 4 longues chevelures, 3 enfants (donc sans huiles essentielles) dont les cheveux sont peu sales, 2 adultes où l’un a des pellicules, l’autre des cheveux gras…

Bref pour convenir les exigences capillaires des uns et des autres, je n’avais pas envie de :

  • faire des crash test sur nos cheveux (certaines personnes expliquent avoir perdu beaucoup de cheveux au fil des années…)
  • accumuler beaucoup de produits qui prendraient la poussière si ça ne convient pas… le tout dans des emballages plastiques les 3/4 du temps…
  • sans parler du fait que tester ces petites recettes quand on n’est pas sur de tomber juste c’est aussi de l’argent qu’on jette par les fenêtres… si ça nous convient pas…

Donc une fois qu’on a terminé notre montagne de stock (je vous le raconte par ici), j’avais eu le temps de faire mon étude de marché sur les shampoings solides… en fonction des nombreux retours des internautes sur mes différents groupes zéro déchet.

Un nom revenait sans cesse… en très positif !

Les savons de joya !

J’avais lu ça et là qu’ils étaient normands… Alors ça intriguait mon côté chauvin et locavore !

Bingo !

  • Effectivement, la savonnerie est située à Douvres-la-Délivrande, autour de Caen.
  • Ils sont présents sur le marché de Noël et le marché des producteurs locaux l’été le long du port
  • On peut donc discuter avec eux lorsqu’on achète nos premiers shampoings et être conseillé “en vrai”
  • L’emballage est en cellulose de bois qui ressemble beaucoup à du plastique mais se composte !
  • Last but not least… La savonnière est une amie d’amie (ça je l’ai su après !) #lemondeestpetit

C’est ainsi qu’un mercredi après midi sur le marché de Noël 2017, j’ai constitué un cadeau zéro déchet pour mon frère et ma belle-soeur, qui en ont été ravis ! Et une fois mes stocks enfin fini (2 ans après l’inventaire), un jeudi soir d’août 2018, j’ai été rencontrer Maria et acheter mon premier lot de shampoings et après shampoing, le tout avec les conseils de la pro !

A savoir :

  • bien laisser sécher le shampoing (en gros ne pas le laisser macérer dans l’eau sinon il fond plus vite)
  • essayer d’espacer les shampoings (et effectivement, mon mari et moi aux cheveux longs avons réussi à espacer nos shampoings à 1 fois par semaine)
  • l’après shampoing est un beurre, ne pas hésiter à le faire fondre dans la paume de la main… Il ne mousse pas. L’avantage c’est qu’il fond très lentement… Il a duré 1,5 ans ! Rentable !!!

Alors côté budget, oui c’est un coût, surtout quand on en achète plusieurs d’un coup. Mais ça dure longtemps ! Chez nous, à peu près 3 mois que ce soit celui des enfants ou celui des adultes !

Le choix est très large !!

Cheveux normaux, gras, blancs, frisés, blonds… avec ou sans huiles essentielles… Vous n’avez que l’embarras du choix ! (Le lien renvoie vers l’article “comment choisir mon shampoing solide”)

Côté composition, elle est transparente sur le site et très bien expliquée.

Me voilà donc ravie de mon passage au shampoing solide, d’autant que je le trouve à un bon rapport qualité prix à l’épicerie de la coop 5 pour cent ! D’ailleurs, je vous encourage vraiment à aller découvrir cet endroit si, vous êtes caennais et que vous ne connaissez pas !

Il y a également une cantine et une ressourcerie !

Attention aux tensio-actifs – la tranparence de Sativa

Dernièrement j’ai été interpellée par une consoeur, conseillère en zéro déchet, ancienne coiffeuse qui m’a mise en garde contre les tensio-actifs…

Certaines marques utilisent des tensio-actifs qui peuvent se révéler agressifs pour le cuir chevelu. Je vous renvoie ici pour mieux comprendre. Les SCI et le SCS qui sont utilisés dans les savons solides peuvent ne pas convenir à tous les types de cheveux et provoquer des irritations ou gratouillage…

Sur les conseils d’Alison, les ateliers d’Ali, les cosmétiques, je me suis tournée vers ceux de la savonnerie Sativa (de la Manche, donc toujours dans mes critères locavores) et notamment celui anti-pelliculaire. D’une forme différente (carré là où Joya est un galet), très efficace également, j’en suis très contente.

Sativa est très transparent sur la composition des savons et shampoing et dans une recherche vers le plus doux au niveau de l’usage des tensio-actifs. Voici un article où ils expliquent non seulement les différences entre shampoing solide et liquide et les différences entre les shampoings solides industriels type Lush (citons-les !) et les savonneries artisanales. Cela se joue beaucoup au niveau des tensio-actifs et de leur quantité !

Les savons de joya et Sativa ont leur gamme de produits distribués tous les deux à la maison du vrac à Caen. 

Les savons de joya sont présents dans beaucoup de magasins écoresponsables de Caen comme les biocoop (par contre, pas tout le catalogue), Day by day, Mademoiselle vrac, Gout et qualité pour n’en citer que quelques uns.

 

Le No Poo

Alias le fait de ne pas se laver les cheveux avec des shampoings traditionnels (solides ou liquides)

Je vois déjà poindre les commentaires des plus zélés du “no poo” : “oui on peut se laver les cheveux avec un oeuf et de se les rincer au vinaigre de cidre…” mais il est décommandé de rincer à l’eau chaude sous peine de cuire l’oeuf… miam, vive le rinçage !

Pourquoi un shamp’oeuf ?

Le blanc d’oeuf est composé, entre autre, de saponine… donc de savon. Il va avoir une action nettoyante, tandis que le jaune est nourrissant…

On parle de rinçage au vinaigre de cidre pour rendre les cheveux doux et brillants…

En écrivant cet article, je me suis dit “et pourquoi pas tester pour aller vraiment au bout de la démarche ?”

Car jusque là… je suis plutôt de la team :

  • J’ai pas envie de me “prendre la tête” pour le shampoing…
  • J’ai envie que ça reste un moment de plaisir !
  • Le shampoing à l’eau froide, no way pour le quotidien… l’été en camping, ok.
  • Donc c’est un pas que je n’ai pas envie de franchir…

Du coup je me suis auto-challengé et j’ai fait le test, un soir où mon mari était au boulot… histoire de tester sa réaction (odeur) et de voir comment je réagis avec mes petits complexes capillaires (gratouillage, pellicules,  etc) !

(Bon je ne prends pas beaucoup de risque non plus, on est en confinement, au pire, si ça va pas du tout, je me relave les cheveux demain, hein ?!)

C’est parti !

Bon alors, j’y allais vraiment avec beaucoup de bonne volonté… Mais je pense que la carrière blogueuse beauté n’est pas fait pour moi… ^^

  • J’ai du mettre la moitié de mon oeuf battu dans la baignoire plutôt que sur mes cheveux… (on est doué… ou pas !)
  • J’ai néanmoins massé mes cheveux avec la quantité que j’avais… C’est pas le shampoing le plus cool de la planète car mon cerveau n’avait pas la mousse qui envoie le signal du “ça lave bien”…
  • Au moment de rincer (à l’eau tièdasse parce que l’eau carrément froide j’avais vraiment pas envie), l’eau de rinçage moussonne (= mousse un petit peu) du coup ça donne l’indication qu’il y a encore de l’œuf dans les cheveux…
  • J’ai quand même peur d’avoir des résidus d’œuf incrustés dans les canalisations donc demain : opération gommage histoire de mettre du marc de café faire le job “décrassage”.

Bon hormis la pratique que j’ai pas trouvé sensationnellement agréable… avec seulement 1 shampoing là où j’en fais 2 habituellement, mes cheveux ont l’air propre et sans odeurs particulières… (J’attends qu’ils sèchent en écrivant)

Je n’ai utilisé qu’un seul oeuf battu, là où selon les témoignages j’ai vu jusqu’à 3 oeufs utilisés (1 oeuf entier + 2 jaunes)…

Est ce économique ?

Mon shampoing solide habituel coûte :

  • entre 7,50 et 8,30 euros chez les Savons de Joya
  • entre 5,90 et 7,50 euros chez Sativa

A nous 5, nous en utilisons 2 différents qui durent 3 mois chacun.

  • Ma boite de 6 oeufs à la ferme raisonnée coûte 1,67 euros et chez des producteurs bio, 2,50 euros…
  • Si on compte 1 oeuf par shampoing une fois par semaine, il me faut 2 boites d’oeufs pour 3 mois soit entre 3,3 et 5 euros pour assurer la propreté de mes cheveux.
  • Sans compte le vinaigre de cidre… non testé car je n’en ai pas.

Quand bien même mes cheveux sont propres (ils sont doux etc), acheter du shampoing solide est plus économique… qu’acheter des oeufs… Et à choisir, comme je n’ai pas de poule, je préfère garder les œufs comme nourriture…!

Pour conclure : 

Racontez-moi, quelle est votre routine cheveux ? 

Si vous voulez passer au shampoing solide, vous avez les références de mes chouchoux tout au long de l’article.

Si vous voulez apprendre à faire le vôtre en DIY, je recommande de suivre des ateliers.

Nota Bene : Je précise que je vous partage MON expérience !!

Je ne suis pas engagée vis à vis des marques et magasins que je cite, et je ne touche aucune commission si vous achetez des shampoings chez les marques citées. Je n’ai pas de code de parrainage à transmettre chez Joya, je les achète en local.

Si cet article vous a plu et que vous souhaitez me soutenir dans mon travail de blogging et de transmission, vous pouvez le faire via la plate-forme tipeee. Vous donnez ce que vous voulez, ponctuellement ou mensuellement. Il n’y a pas de “petits dons”, les petits ruisseaux font les grandes rivières 😉

3 thoughts to “Shampoing solide acheté VS DIY”

  1. Je suis une fan inconditionnelle des Savons de Joya !
    D’abord ils sont fabriqués juste à côté de mon lieu de travail (trop pratique) et en plus ils lèvent bien et duuuuurent très longtemps. Moi aussi je ne me lave plus les cheveux que une à deux fois par semaine. Bref, j’adore.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *