Ce que l’argent dit de nous #1

Ce que l’argent dit de nous #1

C’est le titre d’un livre de Christian Junod, préfacé par Thomas d’Assembourg. L’objectif est de décrypter notre relation à l’argent et comment elle conditionne notre vie (besoin de sécurité, peur de manquer, peur de se faire arnaquer, peur de la mort…)

La fin de la préface m’a interpellé : (oui dès la page 8…)

” Lire ce livre, se laisser bousculer par le regard qu’il propose et accepter de revisiter notre rapport à l‘avoir, voilà une démarche engagée d’Intériorité Citoyenne. J’y vois une des clés pour nourrir en nous une qualité d’être plus joyeuse et généreuse au service d’une société solidaire et de rapports humains collaborants et créatifs.”

Thomas d’Assembourg, préface de Ce que l’argent dit de nous de Christian Junod.

Lien entre l’argent et la démarche éco-responsable

Depuis les quelques mois d’ouverture du blog Effet Colibri, j’essaye de partager ma démarche zéro déchet. Vous aurez compris au fil des articles que le zéro déchet n’est pas pour moi une fin en soi ! Mais plutôt un chemin qui m’a amené à bien des réflexions sur le sens de la vie, la simplicité, l’authenticité, le rapport à la nature, le rapport au temps… Et me voici en ce moment en grande réflexion sur mon rapport à l’argent !

Des économies générées

Au démarrage en 2016, débutant mon congé parental, vous comprenez bien qu’il y a eu un aspect budgétaire dans l’histoire !

  • Le désencombrement (partiel, je n’ai pas vidé complètement ma maison à la façon Marie Kondo !),
  • Les choix d’achats nouveaux via des circuits d’occasion (ou choix de ne pas acheter finalement : vive la méthode BISOU),
  • Acheter moins mais mieux (durable !), en local, en vrac…

Tout cela nous a permis de faire des économies qui ont permis avec une baisse de revenus significative, de garder le même mode de vie… Voire quand on a eu à nouveau des revenus plus conséquents de faire de sacrés économies.

Nous avions toujours été économes, choisissant de mettre de l’argent de côté afin de concrétiser un jour l’achat d’une maison. Finalement, nous avons opté pour continuer à louer une maison, tout en auto-construisant notre mini maison de rêve ! Et dans quelques mois nous espérons bien concrétiser l’achat du terrain où la poser ! 🙂

Quel sens donner à l’argent ?

L’argent n’est pas simplement une pièce ou un billet. Il sert à faciliter les échanges et à donner une valeur à un bien ou un service. Il n’est pas bien ou mal… Tout dépend de l’intention et des projets qu’il sert à financer. Il a le pouvoir de transformer la vie des gens. Et chacun de nous détient une responsabilité pour changer la société individualiste et consumériste dans laquelle nous vivons.

Comme le dit Pierre Rabhi, fondateur du mouvement des colibris : “A chacun d’entre nous de changer afin de transformer la société et le système financier.”

La transition écologique par la déconsommation au quotidien

Entrer dans une démarche de déconsommation et donc de réduction de sa (sur)consommation de biens signifie être davantage dans la conscience de tout ce qui se joue au niveau de nos achats.

Prenons l’exemple des fruits et légumes :

  • Faire le choix de consommer des légumes de saison, locaux, bio de préférence et en circuit court (voire en adhérant à une AMAP : sorte de panier bio où pour le même coût, on ne choisit pas le contenu du panier. L’agriculteur est néanmoins assuré d’avoir un revenu fixe toute l’année).
  • Cela engendrera potentiellement un surcoût de dépenses(qui en passant a été compensé chez moi par la réduction d’autres postes de dépenses : livres (vive la bibliothèque où on peut faire venir quasi tout de la bibliothèque départementale), vêtements, fabrication des produits ménagers / cosmétiques…)
  • Mais grâce à cet achat, je contribue à la qualité de vie de mon agriculteur local. Je lui permets de continuer à produire des légumes de qualité, en quantité raisonnable, dans le respect de l’environnement.
  • Par extension, je transforme déjà la société. Et plus le nombre de consom’acteurs va augmenter, plus cette réalité deviendra prégnante jusqu’à proposer un autre modèle… une nouvelle ère ?

Cela passe aussi par la transition financière

Pendant que nous éteignons soigneusement notre lumière avant de sortir de la pièce, notre argent en banque génère le principal de nos émissions carbone annuelles : 41% des émissions totales !” Ce constat est présenté par Jérémie Pichon dans Famille en transition écologique.

Il invite chacun (et moi la première) à prendre conscience d’où nous plaçons notre argent. Quelle est ma banque ? Suis-je au fait de sa politique d’investissement de mon argent ? Est-elle côtée en bourse et qu’est ce que ça implique ? Finance-t-elle des projets locaux ou internationaux ? Est-elle impliquée dans une démarche volontaire de transformation de la société ?

Ces questions sont les miennes à titre personnel. Je suis en formation à la création d’entreprise dans un incubateur dédié à l’entrepreneuriat féminin. Nous avions cette semaine l’intervention de la Caisse d’Epargne Normandie très investie sur le champ de l’égalité Homme Femme dans sa politique RH en interne et en externe avec un accompagnement spécifique des entrepreneuses. L’éthique et la cohérence entre le discours et les actes sont parmi les points qui vont être décisif pour moi dans les prochaines semaines car c’est au programme de changer de banque.

Reprendre le contrôle de notre argent est bien LA PRIORITE pour assurer la transition écologique, économique et sociale dans notre vie quotidienne. […] A la fois pour réduire notre impact environnemental, et aussi pour réorienter la richesse financière des marchés financiers vers des projets locaux, socio-éco-responsables et au service de l’économie réelle. Mon euro est mon pouvoir. Mon euro est un choix de société.

Famille en transition écologique, p.100

L’argent comme vecteur de transformation globale

L’argent a donc un pouvoir fort pour faire advenir des changements de société. Néanmoins, les besoins ne seront pas les mêmes selon les gens et leur propre rapport à l’argent et à ce que cela renvoie dans leur histoire personnelle. En cela le livre de Christian Junod est très intéressant et je vous invite à le lire !

L’argent n’est pas bien ou mal. Il fait partie de notre vie qu’on le veuille ou non. Réfléchir à son rapport à l’argent renvoie au final à la question du bonheur.

Une des clés : vivre le moment présent

L’adage dit que”L’argent ne fait pas le bonheur”… Souvent les gens rajoutent : “mais il y contribue”… Chrisian Junod nuance le propos en précisant : “il peut y contribuer.” Le bonheur n’est pas dans l’avoir ou la possession mais plutôt dans le fait de vivre l’instant présent, dans la gratitude et la célébration.

Je suis souvent interpellée dans des reportages dans des pays pauvres où les enfants ont des larges sourires et des yeux rieurs malgré des conditions de vie difficiles. Ils vivent l’instant présent.

La vie se présente à toi et ne te demande rien. Tu peux l’accepter et nager avec délice à travers elle. Tu peux aussi passer ta vie à te battre avec elle. Cependant, si tu choisis de passer ta vie à te battre, à résister, à vouloir en permanence autre chose que ce que tu as, tu ne peux pas utiliser ton temps à jouir de tout ce qui t’est donné.

Wayne D. Dyer

Cette idée est reprise dans la chanson de ZAZ : Je veux :

Je veux d’l’amour, d’la joie, de la bonne humeur,
C’n’est pas votre argent qui f’ra mon bonheur, 
Moi j’veux crever la main sur le cœur. 

Allons ensemble, découvrir ma liberté, 
Oubliez donc tous vos clichés, 
Bienvenue dans ma réalité. 

A chacun de définir ses rêves… Quel sens est ce que je veux donner à ma vie ? Qu’est ce que je veux que les gens retiennent de moi ? Comment mon argent peut être au service de ce vers quoi je tends ?

La suite ici !

Partagez-moi !
  • 39
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *