Déclic, rencontres et zéro déchet…

Le groupe gestion budgétaire, entraide et minimalisme

Un jour mon mari me dit « Chérie, on a vraiment trop de choses à la maison »… Nous étions en réflexion sur la construction d’une tiny house. Notre 3e bébé venait de naître précédé d’un 3e déménagement en 3 ans (un à chaque enfant…)

Déjà bien implantée dans différents groupes facebook, un jour d’octobre 2016, je tique sur le côté minimalisme de « Gestion Budgétaire, entraide et minimalisme » (GBEM dans la suite de l’article). Je m’inscris !

Nous étions 16 000, aujourd’hui le groupe a explosé : nous sommes 144 000. Il faut dire qu’entre temps les deux fondatrices ont sorti un livre (dont je parle un peu ici) : Arrêter de surconsommer.

Il y a plusieurs piliers essentiels dans ce groupe : la bienveillance et l’entraide… le tout orienté vers l’écologie, le minimalisme et la simplification volontaire.

Des défis mensuels pour approfondir une thématique écologique

Pour animer le groupe et nous faire réfléchir sur notre façon de consommer, les administratrices lancent un défi par mois.

  • Se mettre en chemin vers un assainissement de nos budgets : courses alimentaires, comment construire et équilibrer son budget global.
  • Réduire son empreinte sur Internet (quelques éléments de réflexion ici ou )
  • Consommer local
  • La bienveillance
  • Le minimalisme,
  • La rentrée façon licorne,
  • Réduire ses déchets
  • Zoom sur la problématique des abeilles
  • Réduire ses déchets…

Fin 2018 a eu lieu le défi : partagez vos livres coups de cœur ! Que ce soit sur l’écologie ou non !

C’est ainsi que j’ai découvert « les secrets de la licorne » écrit par Géraldine Rémy, une des administratrices du groupe Facebook. Il est paru en novembre 2018.

Géraldine raconte comment elle est venue vers la « licornie ».

Qu’est ce que ces histoires de licornes ??

Petite précision : les membres du groupe GBEM sont appelées des « licornes » car ça a été la première bannière du groupe (mise à la va vite à la création du groupe). Les premiers membres s’y sont identifiés refusant un changement d’avatar.

La licornie c’est un état d’esprit dans lequel on fait tous les petits (et grands) gestes mis bout à bout pour préserver l’environnement, tout en équilibrant son budget, le tout dans un climat bienveillant d’entraide, de partage, d’encouragement et de gentillesse !

C’est tout un mode de vie qui part de choses très terre à terre (faire ses produits ménagers soi-même (dans les postes ressources du groupe vous trouvez une mine d’information côté recettes et comment remplacer certains produits jetables du quotidien en produits durables). Au final nous sommes embarqués dans une nouvelle conception du monde où tout est lié.

  • Santé,
  • Simplicité,
  • Préservation de l’environnement,
  • Manger bio,
  • Les inégalités sociales,
  • Le changement climatique,
  • La protection de la condition animale…

Les licornes vivent dans le monde réel tout en rêvant d’un monde où tout le monde agirait dans un sens plus éthique, écologique, porteur de sens, en toute bienveillance les uns avec les autres et surtout envers SOI-MEME !

Comment devient-on une licorne ?

On a tous un parcours différent sur ce qui nous fait entrer dans l’écologie / la simplicité volontaire…

  • La naissance d’un enfant avec le désir de lui apporter le meilleur. On scrute plus volontiers les produits pour bébé, on passe au bio pour le lait ou les petits pots quand on ne les cuisine pas soi-même… ;
  • Prise de conscience des déchets qui nous entourent : sur le bord de l’autoroute, les papiers qui trainent sur les trottoirs, les bouteilles d’alcool trouvées en plein centre ville… (voir l’article sur le ramassage volontaire des déchets) Et volonté de les réduire à la source en entamant un cheminement zéro déchet ;
  • Une conférence, la lecture d’un livre, une vidéo youtube ou un reportage télé qui informe sur le réchauffement climatique, l’action de l’homme qui en est responsable et l’envie d’agir pour changer les choses,
  • Le constat de se laver trop souvent les cheveux, s’interroger sur la composition de son shampoings : produits chimiques, perturbateurs endocriniens et leurs copains pas très clean… Se renseigner sur les alternatives : poudres ayurvédiques, shampoings solides and co et découvrir un monde insoupçonné.
  • Revendre des choses qui encombrent la maison ou ne conviennent plus. Puis acheter de seconde main, chiner dans les brocantes…
  • Face à de nouvelles contraintes alimentaires dues à l’apparition d’intolérance / allergie à certains aliments, découvrir de nouvelles façon de s’alimenter et de lieux où s’approvisionner…

Souvent il n’y a pas un déclic unique puis un virage radical ! Ce sont pleins de micro- déclics qui font « boule de neige » : un pas en entraînant un autre. La plupart du temps, on est dans la démarche zéro déchet sans s’en rendre compte…

Et de fil en aiguille, plus on va en découvrir et avoir envie de tester !

C’est ce qui s’est passé pour Géraldine et ce qu’elle raconte dans la première partie de son livre « les secrets de la licorne ». Comment de « Mme tout le monde », elle est devenue une licorne.  

De la volonté de réduire le budget alloué aux courses alimentaires, elle a commencé à cuisiner…

« Cette fois je n’ai plus le choix, je vais devoir me mettre aux fourneaux. Jusqu’à présent je multipliais les prétextes pour éviter cette corvée :

Moi et la cuisine, ça fait deux ! Mon frère se moque encore de ma salade melon-oignon !

Après le boulot, je suis crevée. Et je dois encore corriger les copies de mes élèves… (Elle est prof de français)

Je n’ai pas un seul bon couteau/ L’autre jour, j’ai voulu couper un ananas, je l’ai massacré !

Pourquoi ce serait toujours aux femmes de s’occuper de ce genre de tâches ? » 

Les objections qu’elle soulève sont peut être aussi les vôtres ? Puisque je ne peux pas faire tout parfaitement (manque de temps, matériel obsolète, échecs passés…) je ne fais rien… C’est l’un des grands problèmes de notre époque… Le perfectionnisme ou la peur de ne pas faire assez bien qui paralyse. [N’y voyez pas un reproche… Si vous voyez l’état de ma maison côté ménage… parce que c’est le bazar dans la salle à manger avec des jouets des enfants un peu partout, je reporte le fait de laver par terre dans la cuisine depuis… chuut.]

Ah bah le perfectionnisme ! (Mantra d’Herveline, co-fondatrice du groupe des licornes !)

Image du blog d’Herveline : Sortez de vos conapts

Géraldine raconte :

«  J’enchaîne les échecs. Une poêlée de légumes avec des rondelles d’aubergines si épaisses et si difficile à mâcher que je pourrais les utiliser pour m’arracher les cheveux. Une salade trempée de vinaigrette. Un cake aux légumes qui donne juste envie de se commander des frites-mayo. […] Je comprends progressivement l’importance de simplifier notre organisation. Dim et moi planifions trop de repas compliqués. Nous ne mangeons pas les restes et jetons beaucoup de nourriture. 
Privilégier la qualité nous apprends à nous contenter de repas simples comme du bon pain avec un velouté de légumes maison. Nous réduisons automatiquement les dépenses et le gaspillage.
 »

Oser se lancer !

Après tout c’est en faisant des erreurs qu’on apprend ! C’est bien le message transmis par Géraldine ! (Et puis au fond, il faut bien commencer quelque part !)

La première recette que j’ai testé en démarrant le zéro déchet, c’est le liquide vaisselle. C’est le premier produit qui s’est terminé. J’ai suivi la recette de la famille zéro déchet. J’ai été moyennement convaincue… Elle est faite à base de savon de Marseille avec beaucoup d’ingrédients… et laissait un film gras sur la vaisselle… J’ai ensuite testé le savon de Marseille uniquement (comme le préconise beaucoup) : même constat. Ca doit être une histoire de qualité d’eau. Chez moi c’est très calcaire…  J’ai ensuite découvert la recette du « cake vaisselle », 3 ingrédients. Depuis on ne le quitte plus ! Au contraire, je fais des émules chez les copines ! Recette ici !

En guise de conclusion de ce très long article… (bravo d’être arrivé là !)

L’un des maîtres mots de la démarche zéro déchet, zéro gaspillage et de la licornie est SIMPLICITE. On pourrait le définir aussi par « Ah bas le perfectionnisme  » (mantra d’Herveline, cofondatrice du groupe).

L’objectif n’est pas de se compliquer la vie. Bien au contraire, il s’agit de l’alléger en mieux en choisissant où va notre argent et où nous mettons les priorités dans son emploi du temps ! Je vous renvoie à l’article sur le livre « Kilomètre zéro » avec l’histoire des cailloux…

Je vais continuer à vous partager des extraits qui m’ont beaucoup parlé dans « les secrets de la licorne ». A la prochaine !

Partagez-moi !
  • 78
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Leave Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *